Hypothèques

Le taux variable, à oublier en raison de la hausse des taux ?

hausse des ventes résidentielles grand montreal

Si vous avez lu nos derniers articles ou, si vous vous tenez informé de la politique monétaire de la banque du Canada, vous n’êtes pas sans savoir que notre pays est engagé dans un processus de normalisation des taux, après des années de niveaux historiquement bas. Cela signifie-t-il que la tendance va se poursuivre ?Et qu’il vous est conseillé de privilégier les prêts hypothécaires à taux fixe ?

Taux variable et taux fixe : retour rapide sur les fondamentaux

Commençons par brièvement rappeler la différence fondamentale entre un taux fixe et un taux variable. Et, en supplément, leurs avantages et leurs inconvénients. La terminologie est assez claire :

  • Taux fixe : le taux restera inchangé jusqu’au terme de l’échéance.
  • Taux variable : le taux pourra être revu périodiquement, à la hausse ou à la baisse, pour intégrer les fluctuations du taux d’escompte de la Banque du Canada.

Quel type de taux vous devez choisir ? Le taux fixe ou le taux variable ? Il est préférable d’opter pour un taux variable si on est dans une logique de baisse globale des taux, et de choisir un taux fixe si la tendance est à la hausse.

Les taux grimpent, faut-il privilégier un taux fixe ?

Comme nous l’avons dit en introduction, la banque du Canada est engagée dans un processus de relèvement des taux. Sur base de ce que nous venons de dire, tout porte à croire qu’il est plus intéressant de choisir un taux fixe. Pourquoi ? Afin de se prémunir de hausse(s) du taux jusqu’à l’échéance. Il s’agirait donc d’un inversement tendance par rapport à la période s’étalant approximativement de 1995 à 2012, durant laquelle les taux ont globalement baissé.

Cela dit, cela signifierait que la Banque du Canada va poursuivre son processus de serrage de vis monétaire. Pourtant, rien n’est moins sûr. Nous sommes engagés dans l’une des plus longues périodes d’expansion économique de l’histoire. En vertu des lois qui régissent les cycles économiques, un retournement est donc à prévoir. Les niveaux d’endettement sont désormais supérieurs à ceux d’avant la crise de 2008. Il y a donc des obstacles de taille qui se dressent sur le chemin d’un relèvement agressif des taux par la banque du Canada. Elle souhaite le faire pour avoir la possibilité de baisser les taux durant la prochaine récession. Mais elle ne peut pas agir trop vigoureusement, car elle risque alors de provoquer cette récession.

Si vous contractez un prêt hypothécaire aujourd’hui, rien ne dit que vous aurez à subir plusieurs relèvements de taux. Il s’agit bien entendu de spéculations, personne n’a de boule de cristal. Néanmoins, d’autres éléments concrets font pencher la balance en faveur du taux variable.

Les avantages du taux variable par rapport au taux fixe

Voici les raisons qui expliquent pourquoi, en général, un taux variable offre de meilleures conditions qu’un taux fixe :

  • Les frais de pénalité sont inférieurs lorsque vous optez pour un taux variable
  • Le risque de hausse des taux est intégré dans le prix d’un prêt hypothécaire à taux fixe, qui inclut une surprime.

Conclusion : taux fixe ou taux variable ?

Les simulations de prêt hypothécaire prouvent que même en cas de 6 relèvements de 0,25 %, le taux variable reste plus économique. Si vous pensez, comme nous, que la marge de manœuvre de la BdC est limitée vous avez tout intérêt à opter pour un taux variable. Si, au contraire, vous pensez que tout va bien, et que le rythme de la normalisation des taux va s’accélérer, alors le taux fixe est la meilleure option.

D’autres critères peuvent néanmoins intervenir dans ce choix, notamment en fonction de votre situation personnelle. Pour y voir plus clair, n’hésitez pas à nous contacter. Non seulement nos courtiers de confiance vous aidera à y voir plus clair. Mais, aussi, à obtenir les meilleures conditions pour votre prêt hypothécaire. Qu’il soit à taux fixe ou à taux variable.