Actualités économiquesHypothèques

Changement des règles hypothécaires : les Québécois s’adaptent

Par novembre 6, 2018 No Comments
Courtier Hypothecaire Achat Maison Montreal, Brossard

Durant ces 18 derniers mois, de nouvelles règles hypothécaires québécoises sont apparues. Le paysage hypothécaire québécois, et canadien en général, a été bouleversé. Pour cause, de nouvelles conditions à respecter pour obtenir un prêt hypothécaire. Mais, la hausse des taux ont, aussi, contribué à changer la donne à bien des égards. La récente enquête annuelle de la SCHL nous permet de comprendre la réaction des ménages confrontés à cette nouvelle réalité.

Au mois d’avril dernier, la Société canadienne d’hypothèques et de logement a réalisé un enquête. Cette enquête visait a interrogé près de 4000 ménages qui ont contracté un prêt hypothécaire dans l’année précédente.

La hausse des taux met la pression

La Banque du Canada a commencé à relever son taux directeur durant l’été 2017. Cette hausse du loyer de l’argent a été accompagnée par l’arrivée de règles plus strictes en ce qui concerne le prêt hypothécaire. De ce fait, les ménages canadiens ont dû, pour leur grande majorité, aller jusqu’au maximum de leurs capacités d’emprunt pour réaliser leur achat immobilier (85%).

De plus, ils sont tout de même 20 % à reconnaître que ce nouvel environnement a eu des conséquences sur leurs décisions. Cependant, ils ont agit de différentes façons :

  • Réduction des postes de dépense jugés accessoires.
  • Mise à contribution de l’épargne pour augmenter la mise de fonds.
  • Ambitions revues à la baisse.

Ces nouvelles règles ont également eu une incidence sur la démographie des acheteurs. Alors que les 25-34 ans représentaient 60 % des acheteurs en 2017, leur quote-part est tombée plus récemment à 50 %. Les nouveaux arrivants représentent 22 % des achats immobiliers au Canada.

Le prix, critère essentiel

Si de nombreux facteurs doivent entrer en ligne de compte lorsqu’on considère un achat immobilier, le prix est plus que jamais l’élément numéro 1. Preuve que cette nouvelle réalité hypothécaire a un impact certain sur les ménages québécois. En effet, l’état général du bien, l’éloignement par rapport au lieu du travail ou, encore, le quartier deviennent de plus en plus des éléments secondaires. La crainte de voir les taux monter davantage, les règles d’admissibilité toujours plus sévères, sont également des raisons qui poussent les Canadiens à agir. Tout de même, ils sont encore la moitié à craindre de payer trop cher leur maison.

La confiance règne à 76 %

Du panel interrogé par la SCHL, 76 % des emprunteurs affirment qu’ils seront en mesure de rembourser leur prêt hypothécaire. Ils sont près de 60 % à disposer de placements susceptibles de venir compenser un souci. La confiance en la valeur à long terme de l’immobilier est élevée. Ils sont 80 % à être convaincus de la pertinence d’un tel investissement. Mais, à plus court terme, cette confiance n’est que de 66 %. Pour cause, les acheteurs pensent que la valeur de leur logement va grimper dans les 12 mois.