Idées fausses, qu’elles soient entretenues par la sagesse populaire ou le secteur du prêt hypothécaire pour des raisons commerciales. Et, subtilités de la législation fiscale et des contrats de prêt hypothécaire en eux-mêmes : s’y retrouver dans cet univers n’est pas toujours facile. Voici les conseils de base à suivre avant de signer votre premier prêt hypothécaire.

1. Contracter votre assurance hypothécaire auprès d’une autre institution

Il est tentant de vouloir contracter son assurance hypothécaire auprès de l’organisme prêteur, la centralisation est bien pratique. Mais, le souci est que si vous optez pour cette solution de facilité (et la banque vous y poussera), cette stratégie se retournera contre vous si vous souhaitez changer de prêteur à la fin du terme. En effet, ce sera plus cher vu que le prix est fixé en fonction de l’échéance du déboursé et de l’âge du contractant.

2. Le taux le plus bas est rarement le meilleur choix

Il est évident que le taux de votre prêt hypothécaire est un facteur primordial. Cependant, les taux les plus bas cachent souvent des clauses défavorables, notamment en cas de rupture. Faites-vous conseiller par nos courtiers hypothécaires pour dénicher le prêt le mieux adapté à votre situation.

3. Le prêt hypothécaire est ce que vous devez rembourser en dernier, préférablement en fin d’année

Si vous avez dans l’idée de vous désendetter, vous devrez apurer vos autres dettes avant de vous attaquer à votre prêt hypothécaire. Pourquoi ? Car c’est celui qui vous coûte le moins cher en intérêts. Commencez donc par rembourser les prêts dont les taux d’intérêts sont les plus élevés en termes de pourcentage (cartes de crédit, prêts personnels, lignes de crédit, etc.). Si votre prêt hypothécaire est votre seule dette et que vous souhaitez la rembourser anticipativement, effectuez le prépaiement en fin d’année vu que les intérêts sont calculés tous les 6 mois.

4. Privilégiez les périodes d’amortissement longues

On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait. Pour vous donner des latitudes budgétaires, il est préférable d’opter pour une période d’amortissement longue. Malgré la remontée progressive des taux directeurs, les taux hypothécaires restent très bas d’un point de vue historique. Il est donc cohérent d’en profiter en étalant son prêt hypothécaire sur une longue échéance.

5. Attention aux limitations du RAP (régime d’accession à la propriété)

Afin de permettre aux jeunes ménages de collecter la mise de fonds nécessaire à l’achat d’une première propriété, l’État leur permet de retirer la somme requise de leur REER (régime enregistré d’épargne-retraite). Mais attention, cette mesure n’est pas possible si l’un des acquéreurs a vécu avec un conjoint propriétaire durant les 4 années précédentes, ou a été lui-même propriétaire.

6. Paiement à la semaine de votre prêt hypothécaire ?

Si l’institution prêteuse ne vous offre aucun avantage financier en cas de paiement à la semaine de votre prêt hypothécaire, il n’y a aucune raison de vous imposer un tel régime de règlement. Un simple petit calcul de multiplication vous permettra de déterminer si ce paiement hebdomadaire est plus économique, ou une simple façon pour la banque de s’octroyer des rentrées d’argent plus rapides.