1.15.2021
|
Actualités économiques

L’exode montréalais : pourquoi Montréal perd de la population

1.15.2021
|
Actualités économiques
L’exode montréalais : pourquoi Montréal perd de la population
Retour aux articles du blogue
Partagez l'article autant que vous le voulez

Cette information de La Presse est à recouper avec la baisse démographique montréalaise enregistrée récemment. Le taux de logements inoccupés à Montréal est passé de 1 % à 6 %. Une situation qui devrait avoir des conséquences sur les prix de l'immobilier montréalais et des loyers.

Taux d'inoccupation à Montréal : 2 fois plus que le point d'équilibre

Pour qu'un marché immobilier soit sain, les experts considèrent qu'un taux d'inoccupation de 3 % est idéal. À 1 %, Montréal affichait une pénurie relative qui pénalisait les locataires. À 6 %, ce sont les propriétaires qui en pâtissent. Ces chiffres, ce sont ceux de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec. D'après son directeur des affaires publiques, on avait plus vu cela à Montréal depuis de nombreuses années.

Si, pour l'instant, la situation de l'immobilier a permis de revenir à une croissance des loyers plus en phase avec la moyenne historique, les propriétaires en passe de louer leur logement à Montréal vont faire face à un contexte difficile.

Pourquoi tous ces logements disponibles à Montréal ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce surplus soudain de logements à louer. Ils sont tous en relation avec la pandémie de coronavirus :

  • L'effet AirBNB : les propriétaires qui avaient mis leur appartement montréalais en location pour les touristes se tournent à nouveau vers la location classique
  • Crise économique : certains locataires sont tout simplement dans l'incapacité de payer leur loyer. Ils ont donc trouvé un accord avec leurs propriétaires pour mettre un terme à leur bail. La colocation a le vent en poupe, ce qui libère des logements
  • Baisse de l'immigration : le nombre de nouveaux arrivants qui posent leurs valises à Montréal a chuté

Quid du taux d'inoccupation la Métropole de Montréal ?

En ce qui concerne la Métropole, la CORPIQ signale que le taux d'inoccupation est également en hausse. Mais dans des proportions bien moindres. À titre d'exemple, ce taux est de 1,4 % à Laval. Ailleurs au Québec, ce taux est de 0,5 % en Mauricie. Pour la ville de Québec, il s'élève à 1,6 %.