3.17.2020
|
COVID-19

Les banques centrales du Canada et des États-Unis réagissent à la COVID-19

3.17.2020
|
COVID-19
Les banques centrales du Canada et des États-Unis réagissent à la COVID-19
Retour aux articles du blogue
Partagez l'article autant que vous le voulez

Les banques centrales du Canada et des États-Unis réagissent à la COVID-19

En après-midi le vendredi 13 mars 2020, des décideurs politiques canadiens du ministère des Finances, de la Banque du Canada et du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) ont annoncé une réponse coordonnée visant à atténuer le stress économique causé par la pandémie de COVID-19.
Les mesures d’urgence, qui visent à garantir que le système financier canadien dispose de liquidités suffisantes, incluent :
• Une baisse de 50 points de base du taux à un jour de la Banque du Canada, le ramenant à 0,75 pour cent, laquelle baisse prend effet aujourd’hui (le lundi 16 mars 2020).

Taux variable, Taux fixe, explications et mécanismes., le taux en lien avec les hypothèques à taux variable est le taux préférentiel (depuis Vendredi 13 Mars 2020 baisse de 3,45% à 2,95%).

• Une réduction de la réserve pour stabilité intérieure des banques canadiennes d’importance systémique, une mesure qui vise à soutenir plus de 300 milliards de dollars de capacité de prêt supplémentaire dans l’économie pendant la période de perturbation liée à la COVID-19;

• La mise en place du Programme de crédit aux entreprises pour injecter plus de 10 milliards de dollars de soutien aux entreprises par l’intermédiaire de la Banque de développement du Canada et d’Exportation et développement Canada;
• La création d’un nouveau mécanisme d’acquisition des acceptations bancaires afin de soutenir le marché du financement de petites et moyennes entreprises.

Dans sa déclaration, la Banque du Canada a indiqué que la propagation du coronavirus avait de graves conséquences pour les familles canadiennes et pour l’économie du pays. La diminution des prix du pétrole, même depuis la dernière décision du 4 mars de la banque centrale, « pèsera grandement sur l’économie, en particulier dans les régions où le secteur de l’énergie est fortement présent. »

Ces mesures font suite à une annonce faite par la Banque du Canada, le jeudi 12 mars 2020, qu’elle allait élargir la portée du programme de rachat d’obligations du gouvernement du Canada afin d’accroître la liquidité du marché et de soutenir le processus de découverte des prix. La Banque s’est également engagée à soutenir de manière proactive le financement interbancaire en ajoutant temporairement de nouvelles opérations de prise en pension à terme de six et douze mois, en plus de ses opérations régulières de prise en pension à terme d’un mois et de trois mois.

Dans le cadre de ces mesures coordonnées, le BSIF a annoncé qu’il suspendra toutes les consultations sur les questions réglementaires, notamment sur le nouveau taux de référence proposé à l’égard de l’admissibilité aux prêts hypothécaires non assurés, jusqu’à ce que les conditions se stabilisent. Le gouvernement a également suspendu jusqu’à nouvel ordre sa décision précédente d’introduire un nouveau taux de référence à l’égard de l’admissibilité aux prêts hypothécaires assurés.
Perspectives

La Banque First National publiera une nouvelle projection pour les économies canadienne et mondiale le 15 avril prochain. « À mesure que la situation évolue, le Conseil de direction se tient prêt à ajuster de nouveau la politique monétaire au besoin pour soutenir la croissance économique et maintenir l’inflation à la cible. » Nous ne manquerons pas de publier des mises à jour fréquentes.

Vincent Le Saux, Courtier Hypothécaire, Montréal - Brossard